Journée mondiale de la vie consacrée 2017

A l’initiative du pape Jean-Paul II en 1997, la Journée de la vie consacrée a lieu chaque année le 2 février. A cette occasion, Frère Jesús Etayo, supérieur général de l’Ordre, écrit à l’ensemble des frères hospitaliers, que nous reproduisons ici.

Chers frères,

À l’occasion de la Journée mondiale de la vie consacrée, le 2 février prochain, je tiens à envoyer mes meilleurs vœux aux frères de l’Ordre ainsi qu’à toutes les personnes consacrées qui collaborent à notre mission et font partie de notre Famille de saint Jean de Dieu. Cette journée nous donne l’occasion de célébrer notre consécration religieuse et de rendre grâce à Dieu pour le don de notre vocation au titre de l’hospitalité.

Au cours de ces dernières années nous promouvons avec insistance la nécessité de réaliser un processus de discernement dans l’Ordre tout entier sur l’avenir de notre Institution. Il est impératif de se mettre en marche pour entreprendre ce processus afin de garder vivant le charisme et la mission d’hospitalité conformément au style de saint Jean de Dieu. Nous devons revoir les domaines suivants : notre consécration, notre identité, notre mission et nos structures.

Pour que ce processus se déroule au mieux il est indispensable de faire avant tout un discernement sur notre consécration et notre style de vie ainsi que sur notre identité comme Frères de Saint Jean de Dieu. Ce qui ne signifie pas que nous devions oublier les structures, l’administration, l’organisation, les œuvres apostoliques et les services, mais ces derniers ne sont que des outils pour vivre notre vocation et réaliser notre mission. Ce sont de outils qui comme tels peuvent changer et qui, en effet, ont évolué et changé fréquemment au fil de l’histoire. De nombreux services et centres ont disparu et continueront à disparaître pour de multiples raisons et toutefois, la mission demeure car son essence dépasse les structures du moment. Comme je l’ai dit à d’autres occasions, même si nous ne possédions plus aucun centre ni service, la mission apostolique à laquelle nous sommes appelés continuerait à exister de manière différente et en utilisant d’autres ressources. Nous ne pouvons pas enfermer ni limiter la mission de l’hospitalité à quelques œuvres ou services concrets, bien que jusqu’à nos jours ceux-ci ont constitué un moyen privilégié pour réaliser notre mission, mais ils ne demeurent qu’un moyen.

Ce qui nous aidera vraiment à maintenir le dynamisme de notre charisme et de notre mission d’hospitalité à l’avenir, en fidélité à l’Esprit du Seigneur et de l’Église, est le témoignage de notre consécration vécue avec joie, engagement et don de soi. C’est à ce niveau-là en vérité, que se joue l’avenir de l’Ordre. Comme consacrés nous sommes appelés à être des prophètes, des signes de la présence du Royaume de Dieu grâce au charisme de l’hospitalité. D’une certaine manière nous devons être des provocateurs et de annonciateurs de l’amour de Dieu aux hommes et aux femmes de notre temps par l’exercice de l’hospitalité. Voilà une mission urgente et de grande actualité qui va bien au-delà de nos centres et qui requiert des gestes et des actions simples mais significatives pour dire au monde que l’hospitalité est l’unique alternative à une société hostile, égoïste et violente. C’est pour nous, frères consacrés, la manière de construire la grande fraternité universelle qui est au centre de l’évangile de Jésus Christ et dont rêve le Père.

Frères, si nous sommes capables de comprendre et de vivre ainsi notre consécration, n’ayez aucun doute, l’avenir de l’Ordre est assuré de quelque manière que ce soit. Je sais que parfois nous nous sentons envahis par le découragement et la lassitude. Aujourd’hui, en cette Journée mondiale de la vie consacrée, je tiens à vous inviter à relever la tête, à récupérer l’enthousiasme et la joie de notre consécration religieuse et à renouveler notre engagement devant le Seigneur qui continue à nous appeler. L’Église et le monde, nos collaborateurs et les personnes prises en charge dans nos oeuvres nous attendent. Ils veulent voir en nous les témoins et les prophètes de l’hospitalité. Tous nous sommes appelés à l’être, chacun dans sa propre réalité. Il ne s’agit pas tant de faire beaucoup de choses, mais d’être une présence, en réalisant chacun, là où il se trouve ce qu’il a à faire en tenant compte de son âge et de ses responsabilités.

Cette année sera consacrée à la préparation des chapitres provinciaux. Commençons par là, mes frères. Soyons audacieux. Revêtons-nous de l’homme nouveau et mettons le vieil homme de côté. (Cf. Eph. 4,22-24). Dépassons les comportements qui nous bloquent et qui nous rendent égocentriques, car nous avons le regard fixé sur nous-mêmes. Oublions nos peurs et les raisonnements que nous invoquons pour justifier nos prises de position. Le Seigneur continue à nous appeler et attend notre réponse. Il nous a donné le talent de l’hospitalité (Cf. Mt. 25,14-30) pour que nous nous y consacrions entièrement. Nous ne pouvons pas ne pas y répondre car cela reviendrait à nous renier nous-mêmes. Nous avons célébré l’Année de la Vocation hospitalière en 2015 et lors de sa conclusion, je vous disais que chaque année pour nous doit être une Année de la Vocation hospitalière. Je continue à le dire. Cette année l’est également pour que nous vivions totalement notre vocation et pour que par notre exemple et les autres moyens à notre disposition, nous continuions à inviter d’autres personnes à nous suivre avec l’exhortation “Rejoins toi aussi l’hospitalité”.

Je réitère mes vœux pour une belle célébration de la Journée mondiale de la vie consacrée en ce jour où la liturgie commémore la présentation de Jésus au temple, fête de la lumière et de la consécration au Père. Puissent tous les frères de saint Jean de Dieu éclairer le monde par leur témoignage comme l’a fait saint Jean de Dieu à son époque.

Unis dans le Seigneur et en saint Jean de Dieu, je vous salue tous très fraternellement.

                            Frère Jesús Etayo
                            Supérieur général