Le centre René Guillemin oh, est un projet mené conjointement entre les provinces de France et de l’Inde. Son inauguration a eu lieu le 4 décembre 2018 à Pamplemousses, en présence des autorités politiques et ecclésiastiques de l’île. Deux conseillers du Père général, Fr. Benigno Ramo, Fr. Pascal Ahodegnon et les deux Supérieurs provinciaux de France, Fr. Paul-Marie Taufana et de l’Inde, Fr. Yanka Sharma étaient présents.

plaque centre Guillemin

 

Le centre d’accueil de Terre Rouge, un organisme diocésain de l’île Maurice qui s’occupe de la réinsertion sociale de jeunes atteints d’addictologies avait approché le Bureau des Missions de notre province, nous sollicitant pour qu’un Frère hospitalier soit mis à leur disposition pour un projet d’ouverture d’un nouveau centre de jour qui accueillerait des jeunes toxicomanes. Dans le passé, un frère de Saint Jean de Dieu, Fr. René Guillemin avait été détaché de la communauté de Pamplemousses pour venir en aide à l’équipe d’animation de ce Centre. Son aide était très appréciée, il était tantôt l’infirmier qui s’occupait des soins et tantôt l’homme du spirituel par sa capacité d’écoute et d’accompagnement.

N’étant plus gestionnaire de l’œuvre de Pamplemousses, nous avons contacté les responsables de la Province Indienne qui administre la Maison de retraite Saint Jean de Dieu de l’île Maurice pour prendre le relais de cette demande émanant de l’organisme local et de l’évêque.

Lors de notre dernier Chapitre Provincial à Lyon, le Père général nous parlait de son souhait de la collaboration que Madagascar devrait avoir avec l’île Maurice. Il a donc été convenu que la Province de France via une collaboration entre le Centre d’Accueil de Terre-Rouge, les Frères Indiens de Pamplemousses participe à ce projet. Deux Frères Indiens, un infirmier et un psychologue participeront à l’animation de ce nouveau centre et notre province par l’intermédiaire de l’hôpital Saint Benoit Menni au travers d’une collaboration médicale, thérapeutique et de l’appui logistique de son atelier d’Art thérapie. Le Bureau des Missions participera également en mettant à leur disposition une volontaire formée en travail social et en accompagnement éducatif pour une mission de douze mois.

Un véritable réseau de trafic de drogue, opérant sur l’axe Madagascar-Maurice et dans la région océan Indien sévit actuellement dans cette partie du monde.

L’Eglise de l’île Maurice et son Evêque, le Cardinal Maurice Piat, sont engagés dans ce combat contre la drogue. Ce dernier a dénoncé le narcotrafic devant la Commission nationale d’enquête sur la drogue. Fustigeant l’opportunisme des trafiquants, il a plaidé en faveur de la réhabilitation des victimes et de la prévention chez les jeunes. « Il faut, selon Mgr Maurice Piat, reconnaître que la toxicomanie, l’addiction à la drogue est une maladie ». Or, une maladie ne se traite pas seulement à partir des symptômes, mais en remontant aux causes. Les gens consomment de la drogue parce qu’ils sont fragiles, accablés par la pauvreté matérielle ou des problèmes liés à leur relation familiale ou à leur travail. L’évêque de Port-Louis a appelé à un durcissement de la loi réprimant le trafic de drogue, qu’elle soit mieux ciblée et plus sévère. Il a proposé d’introduire pour les consommateurs de drogue, la notion de « sanction pédagogique » qui leur éviterait l’incarcération dans une prison classique.

L’Ordre fidèle à sa vocation hospitalière ne peut que répondre positivement à cette demande mauricienne. C’est un champ d’action ouvert aux Frères de Saint jean de Dieu. On pourra retrouver dans la Charte de l’Ordre 5.2.6.1, un paragraphe sur le sujet. « … ce problème très complexe interpelle l’Ordre qui doit s’en occuper à plus d’un titre. Tout d’abord pour les composantes strictement sanitaires qu’un tel problème comporte : premiers soins en urgence, cures de désintoxication clinique, traitement médical … les interventions psychologique et éducatif … et il ne faut pas négliger la dimension sociale d’un tel engagement qui est tout à fait en accord avec le charisme de l’ordre. La toxicomanie entre sans aucun doute parmi ces nouvelles pauvretés dont on parle aujourd’hui et qui doivent interpeller fortement l’Ordre. »  

Le programme que proposera le Centre Fr. René Guillemin répondra certainement aux besoins croissants des jeunes utilisateurs de drogues de synthèse, âgés de moins de 24 ans, grâce à une thérapie sur mesure axée sur l’occupation, telle que l’art-thérapie et la culture de la terre, dont l’objectif principal est de les aider à retrouver l’estime de soi. Il proposera également une approche holistique prenant en compte les facteurs physiques, émotionnels et sociaux associés à leur dépendance.

 

photo groupe guillemin

L’inauguration de ce nouveau Centre a eu lieu le 4 décembre à Pamplemousses, non loin de la Maison de retraite St Jean de Dieu en présence des autorités politiques et ecclésiastiques de l’île. Deux conseillers du Père Général, Fr. Benigno Ramos, Fr Pascal Ahodegnon et les deux Superieurs Provinciaux de France, Fr. Paul-Marie Taufana et de l’Inde, Fr. Yanka Sharma seront présents.

 

Jean Bruneau_maurice

Frère René était parmi les premiers frères de Saint-Jean-de-Dieu qui implanta l’ordre hospitalier à Maurice en 1976. Après cette nouvelle implantation, il est parti partager ses talents à Rodrigues. Sa mission auprès des personnes âgées et malades de l’île Maurice et de Rodrigues a été remarquable. Il a consacré sa vie à servir les pauvres, les malades et les nécessiteux et ce sans distinctions.

A Rodrigues, il y a passé une dizaine d’années comme infirmier. Homme débordant de vie, heureux dans son service de frère hospitalier, il s’est dévoué corps et âme, qui est également la devise de sa congrégation, sans calcul et sans réserve, jour et nuit, aux malades qui venaient se faire soigner au dispensaire des frères qui se trouvait à Saint Gabriel.

Bien souvent, les gens venaient frapper aux portes des frères pour des consultations ou pour conduire les malades à l’hôpital de Mont-Lubin ou de Crève-Cœur. Un temps où il y n’y avait pas de service d’ambulance et des routes comme de nos jours.

Pour les malades qui habitaient les villages éloignés et qui ne pouvaient se déplacer, Fr René comme ses confrères sillonnait Rodrigues en jeep ou à moto pour se rendre à leur domicile pour des soins et des conseils.

Toujours jovial et plein d’humour, il se faisait toujours comprendre dans un créole avec son accent français. Il avait le souci de mettre les gens à l’aise.

Après avoir passé plusieurs années auprès des personnes âgées de l’hospice de Pamplemousses, c’est auprès des toxicomanes et alcooliques du Centre d’accueil de Terre-Rouge qu’il passa ses derniers moments à l’île Maurice. Rentré en France en novembre 2005 pour cause de maladie, la santé du frère René ne s’est jamais améliorée, malgré différentes interventions. Il décéda l’âge de 66 ans et ses funérailles eurent lieux, le 25 mai 2007 en région Parisienne.

Dominique Soupe, Bureau des missions.

 

Biographie de Fr. René Guillemin


photo_page 22_Guillemin

10 janvier 1941 : Naissance à Morley (France)
1er octobre 1958 : Entrée chez les Frères de St Jean de Dieu
1er septembre 1976 au 4 mai 1981 : Missionnaire à l’île Maurice
4 mai 1981 au 12  juin1988 : Missionnaire à l’île Rodrigues
16 mai 1990 au 1er mars 1998 : Missionnaire en Afrique
17 septembre 2000 au 18 novembre 2005 : Missionnaire à l’île Maurice
22 mai 2007 : Décès en France